Histoire de France

Restauration de la royauté

La Restauration (1814-1830). — L'établissement de l'égalité sociale avait été le résultat durable de la période impériale ; la poursuite de la liberté politique sous la forme du régime parlementaire devait être, pendant la période suivante (1815-1848), l'œuvre de la monarchie constitutionnelle, représentée d'abord par la branche aînée des Bourbons restaurée en 1814, puis par la branche cadette à partir de 1830. Louis XVIII, après avoir gouverné avec des royalistes modérés (1816-1820), dut céder à une réaction ultra-royaliste (1820-1824), qui s'accentua sous le règne de son frère Charles X (1824-1830) au point de provoquer d'abord la résistance légale du pays, puis un soulèvement populaire auquel succomba en juillet 1830 la dynastie elle-même. Au dehors, le gouvernement de la Restauration avait fait figurer la France avec honneur dans la guerre d'Espagne (1823) et dans les expéditions de Grèce (1827) et d'Alger (1830).

En 1830, le trône fut offert au chef de la branche cadette des Bourbons, qui régna sous le nom de Louis-Philippe Ier, en s'appuyant sur la bourgeoisie. Pendant les dix-huit années de la Monarchie de Juillet, la vie politique consista surtout dans la succession des ministères, qui représentaient, les uns le principe du « mouvement » ou de liberté, les autres le principe de la résistance ou de l'autorité. Ces compétitions parlementaires aboutirent en 1840 à la formation du cabinet Guizot, qui resta aux affaires huit années, jusqu'au jour où une émeute de rue, provoquée par l'extension du droit de suffrage prit les proportions d'une révolution : le roi s'enfuit et la République fut proclamée (févr. 1848). Au dehors, la Monarchie de Juillet avait commencé la conquête de l'Algérie.

Roi Naissance / Mort Règne Epouse
Louis-Philippe roi des Français 6 octobre 1773
26 août 1850
1830-1848 Amélie de Bourbon (1782-1866)