Histoire de France

La troisième République.

Proclamée le 4 septembre 1870 sous la forme d'un gouvernement de la Défense nationale, la troisième République eut d'abord à traverser, pendant six mois, une période de guerre que terminèrent le traité de Francfort (10 mai 1871), la perte de l'Alsace-Lorraine, et la répression d'une insurrection, puis pendant quatre ans, une période d'organisation au cours de laquelle une Assemblée nationale lui donna sa forme définitive par la Constitution de 1875.

Pendant les quarante-quatre années qui séparèrent les deux guerres franco-allemandes, son œuvre intérieure devait être caractérisée par la consolidation du régime contre les retours offensifs des anciens partis (1873, 1879, 1889) ; par la régularité de son fonctionnement sous les présidences successives de Thiers (1871), Mac-Mahon (1873), Grévy (1879), Carnot (1886), Casimir-Perier (1894), Félix Faure (1895), Loubet (1899), Fallières (1906), Poincaré (1913) ; par l'organisation de la défense nationale (lois militaires de 1872, 1889, 1905 et 1913) ; enfin, par un ensemble de réformes démocratiques dont les plus importantes s'accomplirent dans les domaines scolaire (instruction laïque, gratuite et obligatoire), fiscal (impôt sur le revenu) et social (lois sur les syndicats et les accidents du travail). Au dehors la politique extérieure fut caractérisée par la conclusion d'une alliance avec la Russie (1891) et d'une Entente cordiale avec l'Angleterre (1904) puis par une œuvre d'expansion coloniale, commencée au Sénégal, puis en Tunisie (1881), poursuivie en Indochine (1883), en Afrique centrale et équatoriale, à Madagascar (1895), au Maroc (1904).

En 1914, la France se trouva engagée dans une guerre de quatre années provoquée par l'agression des puissances centrales. Appuyée sur la Russie et la Grande-Bretagne, elle arrêta l'irruption allemande en 1914 sur la Marne, en 1916 à Verdun, et en 1918 devant Amiens. Passant alors à l'offensive, elle contraignit son principal adversaire à signer l'armistice du 11 novembre 1918, puis la paix de Versailles le 28 juin 1919. Pendant les années suivantes, sa politique fut dominée par le besoin de réparer ses ruines et le souci d'obtenir des garanties pour l'avenir. En politique extérieure, peu comprise par ses anciens alliés, la France dut laisser l'Allemagne se reconstituer sous l'égide de Hitler et du national-socialisme, et elle assista impuissante aux coups de force qui se succédaient. Pourtant elle se joignit à l'Angleterre, en août 1939, pour déclarer la guerre au Reich. Envahi en mai-juin 1940, le pays fut occupé pendant quatre ans. A Vichy, le maréchal Pétain s'efforçait de maintenir un « Etat français », et son gouvernement pratiquait une politique de collaboration avec le vainqueur, tandis qu'à Londres, puis à Alger, le général de Gaulle entraînait les Français de la métropole et de l'Empire à la résistance et préparait aux côtés des Alliés la libération du territoire qui devait avoir lieu en 1944-1945.