Histoire de France

PHILIPPE II, Auguste

Philippe II, dit Philippe Auguste, roi de France, né à Gonesse, près de Paris, en 1165, mort à Mantes en 1223, fils de Louis VII, roi de France, et d'Alix (ou Adèle) de Champagne.


xxx

Associé au trône en 1179, il succéda à son père en 1180. A la mort de celui-ci, le comte de Flandre, Philippe d'Alsace, avait la régence ; mais le jeune roi se brouilla avec lui, et l'obligea à lui céder l'Amiénois et le Vermandois (1186). Il dirigea de violentes persécutions contre les juifs, que la populace rendait responsables des calamités publiques. En 1187, éclata la lutte de Philippe Auguste contre l'Angleterre. Les divisions qui déchiraient la famille du roi anglais Henri II lui furent les auxiliaires les plus puissants. Par la capitulation d'Azai (juill. 1189), Henri II déclara lui faire hommage pour tous ses fiefs du continent, et céda les territoires du Graçai et d'Issoudun. Après sa mort, Philippe consentit à suivre le nouveau roi d'Angleterre, Richard Coeur de Lion, à la troisième croisade (1190). Dès le départ il avait le projet arrêté de revenir avant son puissant voisin, pour profiter de son absence; après la prise de Saint-Jean d'Acre, Philippe rentra en France. C'est à son instigation que l'empereur allemand Henri VI aurait fait arrêter Richard revenant à son tour de Terre sainte. Cependant, Philippe envahissait la Normandie, après avoir fait alliance avec le frère de Richard, Jean sans Terre, Richard revint en 1194. La guerre entre les deux princes, marquée des deux échecs de Philippe à Gisors et à Fréteval (1197), devait durer cinq ans (1194-1199), jusqu'à la mort de Richard, tué au château de Châlus. Philippe, aussitôt, suscita à Jean sans Terre, nouveau roi d'Angleterre, un rival en la personne d'Arthur de Bretagne, neveu de Richard et de Jean. Mais Jean sans Terre réussit à le faire assassiner. La cour de Philippe Auguste le condamna alors à perdre tous les fiefs qu'il avait en France, arrêt à la suite duquel Philippe mit la main sur la Normandie, le Maine, la Touraine et l'Anjou. En 1204, il refusa de participer à la quatrième croisade. Le rapprochement de Jean sans Terre avec le comte de Flandre, Ferrand de Portugal, détermina la campagne que Philippe mena si énergiquement sur les frontières du Nord en 1213-1214. L'accession de l'empereur Otto de Brunswick à l'alliance des ennemis de Philippe Auguste en fit une coalition redoutable, que le roi de France brisa à la bataille de Bouvines (1214). Philippe Auguste consolida le pouvoir royal non seulement en étendant le territoire soumis à la couronne, mais en lui donnant une solide organisation administrative, par la création des baillis et des prévôts. Il courba définitivement sous sa main la féodalité, à laquelle il imposa la quarantaine le roy, et la puissance temporelle de l'Eglise. Il contribua à l'embellissement de Paris, qu'il dota d'une nouvelle enceinte, et où il fit édifier le premier Louvre et activer la construction de Notre-Dame. Il assista enfin à la création de l'Université (1208). C'est sous son règne qu'eut lieu la croisade contre les albigeois (12091214), à laquelle il ne prit pas de part active.

Philippe Auguste avait épousé en premières noces Isabelle, fille de Baudouin V, comte de Hainaut, morte en 1190; d'Isabelle il eut un fils, qui lui succéda sous le nom de Louis VIII;
en secondes noces, il épousa Ingeburge, fille de Waldemar le Grand, roi de Danemark, sacrée le 15 août 1193, répudiée le 5 novembre de la même année ;
en juin 1196, il épousa Agnès, fille de Berthold de Méranie, dans le Tyrol. Il eut avec Agnès, un fils, Philippe, dit Hurepel, comte de Clermont, et une fille, Marie.

Iconographie.

Dans un tableau intitulé la Bataille de Bouvines (musée de Versailles), Horace Vernet a représenté Philippe Auguste offrant vainement sa couronne au plus digne de ses barons.
Philippe Auguste (LES GESTES ne), chronique latine de Guillaume le Breton, chapelain de Philippe Auguste, qui est aussi l'auteur d'un poème latin en hexamètres intitulé la Phillppide (Philippes). Ces oeuvres sont, avec la chronique de Rigord, les sources essentielles du règne de Philippe Auguste.

❖ Filiation

xxx xxx
XXX
Epouse* / concubine Enfants
xxx