Histoire de France

LOUIS IX

Louis IX ou Saint Louis, roi de France, fils aîné et successeur de Louis VIII, et de Blanche de Castille, né à Poissy en 1215, mort devant Tunis en 1270.


xxx

Il n'avait que onze ans lorsqu'il monta sur le trône. Sa mère, régente de 1226 à 1236, prépara la grandeur du règne par l'écrasement des coalitions féodales, les progrès de la royauté dans le Languedoc, le mariage de Louis IX avec Marguerite de Provence (1234) qui devait lui donner onze enfants. Même après 1236, Blanche continue à exercer une réelle influence sur le gouvernement. Louis IX, devenu majeur, fait, dès ses premiers actes, apprécier ses qualités exceptionnelles d'homme d'Etat uniquement guidé par sa conscience. Une nouvelle ligue féodale, conduite par Hugues Te Brun, comte de la Marche, et soutenue par Henri III d'Angleterre, échoue, car Louis IX force le pont de Taillebourg, remporte une seconde victoire à Saintes et poursuit Henri jusque devant Blaye (1242).

Mais, convaincu de la nécessité de la paix par le droit, Louis IX règle le conflit anglo-français et obtient, par le traité de Paris, la Normandie, l'Anjou, le Maine et le Poitou (4 déc. 1259). Quant à la noblesse, elle avait, dès la trêve de 1243, déposé les armes.
A l'intérieur, Louis IX, très soucieux de la justice, organise une section judiciaire de la cour du roi, et c'est le parlement de Paris; il fait surveiller les baillis, sénéchaux et prévôts par des enquêteurs royaux; il rétablit l'aloi de la monnaie, principe d'un renouveau économique. Louis IX interdit les guerres privées (1257) dans ses domaines, supprime le duel judiciaire et impose la Quarantaine le Roi à ses vassaux.

Aussi Louis IX put-il, sans inquiétude, entreprendre deux croisades : le seul trouble pendant son absence fut la révolte des Pastoureaux ou paysans, en 1251, vite réprimée. Louis IX dirigea la septième croisade sur l'Egypte, prit Damiette (1249), mais échoua devant Mansourah, et, fait prisonnier avec son armée, qu'avait décimée la peste, dut rendre Damiette et payer une forte rançon (1250). Délivré, et admiré pour ses vertus par les Sarrasins eux-mêmes, qui l'avaient surnommé le Sultan juste, il alla en Terre sainte accomplir son pèlerinage, et regagna l'Europe rappelé par la mort de sa mère (1252). Son prestige moral est tel que le pape et le roi d'Angleterre Henri III et ses barons le choisirent comme arbitre. Louis IX ne chercha pas à tirer un profit matériel de cette puissance morale, laissant seulement Charles d'Anjou, son frère, s'emparer des Deux-Siciles. Il proclama une nouvelle croisade en 1267, malgré les conseils du pape, la répugnance des seigneurs, et sa mauvaise santé. Son frère, Charles d'Anjou, lui conseilla de commencer l'expédition par la conquête de Tunis : c'est devant cette ville qu'il mourut de la peste, laissant pour successeur son fils Philippe III. Il devait être canonisé en 1297.

Louis mena une vie exemplaire. Il se plaisait à rendre lui-même la justice, assis sous un chêne, au bois de Vincennes. Très charitable, il fonda plusieurs grands hôpitaux, notamment les Quinze-Vingts, pour trois cents chevaliers auxquels les Sarrasins avaient crevé les yeux.
Il fit élever la Sainte-Chapelle, à Paris, et son ami le sire de Joinville écrivit son Histoire, un des premiers monuments de la littérature historique française.

Iconographie

Une des plus anciennes figures que nous possédions de Louis IX est une statue en bois d'if, exécutée au XIIIe siècle, qui est au musée de Cluny. Elle provient de l'ancien retable de la Sainte-Chapelle. Le musée de Versailles possède: Louis IX vainqueur à Taillebourg, par Eugène Delacroix ; le Débarquement de Saint Louis en Egypte; Saint Louis recevant à Ptolémaïs les envoyés du Vieux de la montagne; Saint Louis rendant la justice sous le chêne de Vincennes; Saint Louis médiateur entre le roi d'Angleterre et ses barons, et la Mort de Saint Louis, par Rouget ; Saint Louis recevant à Damiette le patriarche de Jérusalem, par Oscar Gué.
Hesse a peint Saint Louis visitant la Sorbonne ; Sébastien Cornu: Saint Louis faisant ses adieux à la reine Blanche au moment de partir pour la croisade; Bergeret :
Saint Louis secourant les pestiférés en Egypte; Lethière : Saint Louis à Damiette; Jouvenet : Saint Louis soignant les blessés sur le champ de bataille de Mansourah (chapelle du château de Versailles). La Mort de Saint Louis a été peinte par Belloc ; par Glaize fils, pour l'église
Saint-Louis-d'Antin à Paris ; par Félix Barrias (Saint Eustache, à Paris). Un tableau de Le Sueur (Munich) représente Saint Louis assistant à une messe. L'Apothéose de Saint Louis a été peinte par Lagrenée (1765) ; Cabanel a peint : la Glorification de Saint Louis (1855). L.-0. Mer-son a représenté Saint Louis faisant ouvrir les geôles du royaume (palais de justice de Paris).
Un bas-relief de la chapelle de Versailles, par Slodtz, représente Saint Louis servant les pauvres.
Simon Vouet a peint, pour l'église Saint-Louis-du-Marais, à Paris, quatre tableaux relatifs à Saint Louis. Une peinture de ce maître, représentant Saint Louis enlevé au ciel par les anges, appartient au musée de Dresde.

❖ Filiation

Blanche de Castille Louis VIII
LOUIS IX
Epouse* / concubine Enfants
xxx