Histoire de France

LOUIS XIV.

Louis XIV, fils de Louis XIII et d'Anne d'Autriche, né à Saint-Germain-en-Laye en 1638, et surnommé, parce qu'attendu impatiemment, Dieudonné, mort à Versailles en 1715. Il n'avait pas cinq ans lorsque, mineur, il succéda à son père, le 14 mai 1643. Il eut pour gouverneur le maréchal de Villeroi, et pour précepteur l'abbé Péréfixe de Beaumont. Si son instruction fut assez négligée, son éducation politique fut au contraire très soignée, et Mazarin s'en occupa activement au moins dans le domaine de la politique extérieure. Jeune, il passa par la triste expérience de la Fronde (1648-1652), et en garda, avec la défiance des parlements, le désir d'achever l'absolutisme monarchique.

La politique intérieure de Mazarin aboutit à la Fronde, parlementaire au début, nobiliaire ensuite (1648-1652). Le Parlement de Paris s'appliqua à jouer un rôle politique. La Fronde gagna diverses provinces dont la Guyenne. L'autorité royale fut compromise comme au temps de la Ligue. L'Espagne intervint dans les luttes civiles. Ses provinces du Nord et de l'Est furent ravagées et souffrirent de la misère, et Mazarin dut deux fois s'exiler. A partir de 1652, les troubles étant apaisés, Mazarin, rentré en France, continua d'abord seul, puis avec l'aide de l'Angleterre la lutte contre l'Espagne.
Ses Mémoires pour l'éducation du Dauphin, quelque remaniés qu'ils aient été par Pellisson, sont, à ce point de vue, fort significatifs. Bien que Louis XIV ait été proclamé majeur en septembre 1651, le gouvernement de la France fut dirigé, jusqu'en 1661, par Mazarin, qui avait le titre de premier ministre.

Mazarin termina heureusement la guerre de Trente ans par les traités de Westphalie (1648), qui donnèrent à la France l'Alsace moins Strasbourg. Par la paix des Pyrénées (1659), l'Espagne céda l'Artois et le Roussillon, et l'infante Marie-Thérèse fut donnée en mariage à Louis XIV qui renonçait à la succession d'Espagne, mais recevait comme dot de la reine une somme qui ne fut jamais versée. Traité gros de conséquences ! Avec la mort de Mazarin en 1661 commence le gouvernement personnel de Louis XIV. Il ne veut plus de premier ministre : il restreint son conseil d'Etat. Tout en réservant son activité personnelle, il donne sa confiance à Colbert, qui bientôt remplacera Fouquet, à Le Tellier que secondera son fils Louvois, à Hugues de Lionne. Lui-même présidera activement le conseil d'Etat.
Il s'aida de généraux comme Condé, Turenne, Luxembourg, Catinat, Villars, de marins comme Duquesne, Duguay-Trouin, Jean Bart, Tourville, d'ingénieurs comme Vauban, de magistrats comme Lamoignon et d’Aguesseau.

Il est en pleine jeunesse. Ses innombrables portraits nous le montrent très beau, majestueux, avec des yeux bruns, un nez long, une figure que l'âge alourdira. Au moral un homme très appliqué, d'une intelligence moyenne, sachant choisir ses collaborateurs, maître de soi, plus apte à la diplomatie et à la guerre qu'à l'administration intérieure, fort orgueilleux et soucieux de son prestige, très pieux avant même de devenir dévot ; sa vie privée fut longtemps scandaleuse : y marquèrent Mlle de La Vallière, Mme de Montespan, et bien d'autres, avant que Mme de Maintenon ne parvint à le convertir. Ses premières années furent toutes de magnificence. Fier des immenses ressources dont il dispose, depuis que Colbert s'attache à rétablir l'ordre dans les finances, et de son armée réorganisée, il impose sa volonté dans toutes les questions européennes. Il oblige son beau-père Philippe IV à reconnaitre la préséance des ambassadeurs de France sur ceux de l'Espagne ; il humilie le pape Alexandre VII (affaire Créqui) ; il soutient le Portugal contre l'Espagne (victoire de Villaviciosa) et l'Autriche contre les Turcs (victoire de Saint-Gothard). A la mort de son beau-père en 1665, il revendique le Brabant et divers territoires au nom de sa femme Marie-Thérèse, en vertu du droit de dévolution. Il conquiert la Flandre (1667), la Franche-Comté (1668), mais la triple alliance de La Haye (Angleterre, Hollande, Suède) l'oblige à signer la paix d'Aix-la-Chapelle et à se contenter de la Flandre (1668). Avant de se venger de la Hollande, qui a été la principale instigatrice de la triple alliance, Louis XIV l'isole diplomatiquement ; il s'unit avec l'Angleterre (traité de Douvres) et avec la Suède (traité de Stockholm). Il envahit la Hollande (1672). Les Hollandais, vaincus, sollicitent la paix sans l'obtenir ; mais, devant les exigences de Louis XIV, ils organisent contre la France une formidable coalition (Empereur, Espagne, Hollande, Brandebourg). L'Angleterre elle-même, d'abord notre alliée, se décide bientôt à la neutralité. Grâce aux victoires de Turenne en Alsace, de Condé à Senef, de Duquesne sur mer, Louis XIV triomphe de ses ennemis, et il conclut les traités de Nimègue (1678), qui lui donnent la Franche-Comté. Louis XIV est alors à l'apogée de sa puissance, mais il provoque l'Europe par les acquisitions des chambres de réunion — au moins occupe-t-il et garde-t-il Strasbourg, — par les persécutions qu'il exerce contre les protestants, et par la révocation de l'édit de Nantes (1685).

C'est la deuxième partie du règne qui commence. L'alarme est donnée contre les prétentions de Louis XIV à l'hégémonie universelle. A l'intérieur, le personnel est moins brillant. Colbert est mort en 1683, Louvois en 1691. Guerres, impôts épuisent le royaume, où les séditions locales sont fréquentes. Après eux, les ministres qui dirigent les affaires ne sont pas tous à la hauteur des événements ; l'industrie et le commerce, intensifiés par Colbert, languissent, tandis que la taille pèse plus lourdement sur les paysans; la misère est très grande dans toutes les provinces. La période critique correspond au terrible hiver de 1709. Louis XIV soutient encore deux guerres contre toute l'Europe : la guerre dite  « de la ligue d'Augsbourg » qu'avait précédée une période brève d'hostilités avec l'Espagne (1684), et la guerre de Succession d'Espagne. Dans la première (1688-1697), Louis XIV essaye d'abord en vain de rétablir Jacques II sur le trône d'Angleterre (expédition d'Irlande, défaite de Tourville à la Hougue). Après cet échec, il prend l'offensive sur le Rhin (incendie du Palatinat), en Italie (victoires de Staffarde et de la Marsaille), aux Pays-Bas (victoires de Fleurus, Steinkerque, Nerwinden), et il conclut précipitamment la paix à Ryswick (1697). Il abandonne la ville de Luxembourg précédemment réduite. La succession d'Espagne que Louis XIV avait essayé de résoudre par deux traités de partage successifs avec l'Angleterre s'ouvrit presque aussitôt après. Le roi Charles II reconnut pour unique hériter le petit-fils de Louis XIV, le duc d'Anjou, qui prit le nom de Philippe V (1700). Guillaume III, utilisant diverses imprudences de la diplomatie française, prépara avant sa mort la grande ligue de La Haye (1701), dans laquelle entrèrent l'Angleterre, la Hollande, l'Empereur, l'Empire et, bientôt après, la maison de Savoie et le Portugal. La France, bientôt privée d'alliés essuya, dans cette guerre, malgré quelques succès sur le Rhin (Friedlingen, 1702), et en Espagne, des revers considérables (Hochstedt, 1704 ; Turin, Ramillies, 1706 ; Oudenarde, 1708 ; Malplaquet, 1709). Aux conférences de Oertruydenberg (1710), Louis XIV, pour obtenir la paix, consentit à abandonner presque toutes les conquêtes de son règne. Les Hollandais ayant exigé que Louis XIV chassât lui-même son petit-fils du trône d'Espagne, la guerre continua, et la France fut heureusement sauvée par la division qui se mit parmi les alliés, et aussi par la victoire de Villars à Denain.
Aux traités d'Utrecht (1713), de Rastadt et de Bade (1714), Louis XIV conserva les meilleures conquêtes de son règne (Alsace, Roussillon, Artois, Flandre, Franche - Comté) ; Philippe V garda l'Espagne et ses colonies.
Mais nous perdions en Amérique l'Acadie, en gardant le Canada qui s'était considérablement développé.
Louis XIV meurt un an après la paix. Ses dernières années avaient été fort tristes, accablées de deuils nationaux et familiaux. Il montra jusqu'en ses derniers jours une grande énergie.

Les querelles religieuses ont tenu une grande place dans son règne (persécutions contre les jansénistes, contre les protestants, affaire du quiétisme, de la bulle Unigenitus, destruction de Port-Royal, conflits avec le pape au sujet de la régale, au sujet du droit d'asile à Rome). Roi très catholique, Louis XIV ne veut admettre en France que la religion qu'il pratique, mais il ne veut pas reconnaître au pape le droit de lui contester son autorité, même en matière religieuse. Il se fait le défenseur des libertés de l'Eglise gallicane (1682). Il a été le protecteur éclairé des artistes, des littérateurs, des poètes et des savants, depuis Boileau et Racine jusqu'à Le Brun. Il a fait construire un grand nombre de monuments : le Val-de-Grâce, l'Institut, l'Observatoire, les Invalides, la colonnade du Louvre. Il a créé par sa propre volonté Versailles où se reflète tout le Grand Siècle, où s'épanouit une cour brillante et fastueuse, Marly, Trianon, etc. Il a fondé l'Académie des inscriptions et médailles (1663), l'Académie des sciences (1666), l'Académie de musique (1669), l'Académie d'architecture (1671), etc. Il a fait codifier les lois et coutumes : Code de procédure civile ou Code Louis (1667), ordonnance des eaux et forêts (1669), ordonnance criminelle (1670), ordonnance du commerce(1673), ordonnance de la marine (1681) Code des colonies ou Code noir (1685). Ses ministres centralisateurs ont travaillé à la réduction des libertés provinciales, municipales, parlementaires. Après la mort de Marie-Thérèse (1683), Louis XIV épousa probablement er secret Mme de Maintenon qui eut sur lui une grande influence. Son fils, le Grand Dauphin, deux de ses petits-fils, le duc de Bourgogne et le duc de Berry, moururent avant lui, en 1711, 1712 et 1714, et ce fut son arrière-petit-fils, le duc d'Anjou, qui lui succéda, sous le nom de Louis XV. Louis XIV eut de Louise de La Vallière et de Mme de Montespan plusieurs enfants, qu'il légitima. En somme son règne fut glorieux, mais terminé par des revers et épuisant à l'intérieur.

❖ Filiation

xxx xxx
XXX
Epouse* / concubine Enfants
xxx