Histoire de France

LOUIS XIII.

LOUIS XIII, surnommé le Juste, fils d'Henri IV et de Marie de Médicis, est né à Fontainebleau en 1601 et il est mort à Saint-Germain en 1643.

Il monta sur le trône le 14 mai 1610, mais il avait neuf ans quand mourut son père, et sa mère demeura régente jusqu'en 1617, à la suite de la non-observation du testament d'Henri IV. Ce fut le temps, après les révoltes des grands, de la domination de Concini et de l'entente avec l'Espagne. Les Etats généraux de 1614 ne purent y apporter remède.
Le 28 novembre 1615 Louis XIII épousa Anne d'Autriche. Son éducation, organisée sévèrement, avait été assez négligée, du point de vue intellectuel. Jeune, il fut exclu des conseils et des affaires. Humilié par Concini, il s'attache à Charles d'Albert, duc de Luynes (1578-1621) son compagnon de chasse, et poussé par lui, en 1617, il décida à faire assassiner Concini et à gouverner par lui-même ; mais, en réalité, il laissa le pouvoir à Luynes, nommé connétable. Son administration est marquée par de nouvelles révoltes des grands qui soutiennent maintenant Marie de Médicis, exilée à Blois, et lui font obtenir le gouvernement de l'Anjou (1619). Les pouvoirs de la reine mère lui sont confirmés après la bataille des Ponts-de-Cé par le traité d’Angers(1620). Le rétablissement de la religion catholique en Béarn amène une nouvelle guerre de religion signalée par le siège de Montauban (1621) et terminée par la paix de Montpellier (1622). Luynes était mort pendant cette guerre (1621). Après une période de désordres (1621-1624), Richelieu (1585-1642) devint premier ministre.

Richelieu consacra toutes les forces de son génie à fortifier le pouvoir royal en abaissant les grands.
Les grands seigneurs et à leur tête Gaston d'Orléans, frère du roi, intriguaient sans cesse contre l'autorité royale. Richelieu punit sans pitié les conspirateurs et réussit à se maintenir aux affaires.
L'édit de Nantes avait garanti aux protestants la liberté de conscience ; Richelieu assiégea et prit La Rochelle, dernier bastion du protestantisme, malgré la flotte anglaise. Il laissa aux vaincus la liberté de conscience par l'édit d'Alais, mais leur ôta toute indépendance politique et leurs places fortes leur furent enlevées (1629).
Il abaissa la maison d'Autriche pour préparer l'hégémonie de la France en Europe. Richelieu intervint secrètement d'abord (subsides aux princes protestants d'Allemagne et au roi de Suède Gustave-Adolphe), puis directement en 1636 dans la guerre de Trente ans.

L’histoire du règne de Louis XIII est, en réalité, l'histoire du ministère de Richelieu. Malgré des oscillations que son caractère explique, et en dépit d'innombrables intrigues, il lui demeura obstinément fidèle. Ni Marie de Médicis, sa mère, ni son frère Gaston d'Orléans, ni Anne d'Autriche sa femme, ni ses favorites platoniques, ni ses favoris comme Cinq-Mars ne réussirent à avoir raison de l'énergie de Richelieu, dont les idées étaient approuvées par Louis XIII. Il semble y avoir eu dans leurs rapports une période critique, celle de 1630 (journée des Dupes), où Richelieu, plusieurs fois menacé, faillit être disgracié. Une dernière crise violente devait être la conspiration de Cinq-Mars, abandonné par le roi et exécuté en 1642. Le plus souvent il laissa faire Richelieu, tout en jouant son rôle de roi chef d'armée.
L'activité intérieure de Richelieu avait été considérable. Il fit des intendants, nés au siècle précédent, les représentants tout-puissants du pouvoir central dans les provinces. Il augmenta les impôts, réorganisa l'armée et la marine, cette dernière presque inexistante sous Henri IV, développa les entreprises coloniales. Sous son gouvernement fut créée l'Académie française (1635).

D'intelligence ordinaire, fort pieux semble-t-il, d'abord timide, de moeurs réservées ; Louis XIII s'entendit fort mal avec Anne d'Autriche, mais n'eut guère que des confidentes : Mme de Hautefort, Mme de La Fayette. Après vingt-trois ans de mariage, Louis XIII eut d'Anne d'Autriche deux enfants : Louis, qui fut surnommé Dieudonné, et qui lui succéda sous le nom de Louis XIV, et Philippe, duc d'Orléans.
Il a souvent commandé les armées et toujours fait preuve d'une brillante valeur (siège de La Rochelle, 1628 ; affaire du pas de Suse, 1629 ; conquête du Roussillon, 1642). A la mort de Richelieu (déc. 1642), il appela au pouvoir le cardinal Mazarin, qui lui avait été désigné par le ministre défunt.

❖ Filiation

xxx xxx
XXX
Epouse* / concubine Enfants
xxx