Histoire de France

FREDEGONDE

Frédégonde née vers 597 et mort en 597 fut la reine mérovingienne de Neustrie de 570 environ à 597.


Frédégonde et Chilpéric BNF

« Servante et maîtresse » du roi de Neustrie Chilpéric Ier, petit-fils de Clovis, Frédégonde est connue pour la longue lutte qu'elle a menée contre sa rivale Brunehaut, reine d'Austrasie.

Chilpéric, jaloux du prestige de son frère Sigebert, qui a pris pour femme la princesse wisigothique Brunehaut, se marie peu après avec Galeswinthe, sœur de celle-ci, alors même qu'il avait déjà une épouse légitime, Audovère, et d'une maîtresse encombrante, Frédégonde.

Cette dernière fait assassiner ses deux rivales et se retrouve peu après promue au rang d'épouse et de reine. C'est l'étincelle qui allume une guerre de quarante ans entre la Neustrie et l'Austrasie. En effet, Sigebert doit assumer la vengeance de sa belle-sœur et ouvre les hostilités, mais Frédégonde le fait assassiner en 575.

La lutte se poursuit entre Chilpéric et Brunehaut. Frédégonde triomphe dans un premier temps en faisant exiler sa rivale et tuer les fils légitimes de Chilpéric et d'Audovère, coupables de soutenir Brunehaut. Mais, en 584, Chilpéric meurt, lui aussi assassiné, laissant Frédégonde seule avec un nourrisson, Clotaire II. Réfugiée auprès de Gontran, roi de Bourgogne, elle reprend le dessus à partir de 595, et fait triompher Clotaire II, avant de mourir en 597.

L'histoire de Frédégonde et Brunehaut est narrée en détail par Grégoire de Tours, leur contemporain. Si Brunehaut a fini par trouver grâce aux yeux des historiens, Frédégonde reste un monstre pour la postérité.