Histoire de France

CHARLES V

Charles V, le Sage, roi de France, fils du roi Jean le Bon et de Bonne de Luxembourg, sœur de l'empereur Charles IV, né à Vincennes en 1337, mort au château de Beauté en 1380.


xxx

Après la bataille de Poitiers, où son père avait été vaincu et pris par les Anglais, Charles, duc de Normandie et dauphin, prit la régence du royaume (1356). La pénurie du trésor, les intrigues de Charles le Mauvais, la misère des paysans, les exigences du roi d'Angleterre, tout rendait sa tâche des plus malaisées. Le système financier créé par les Etats généraux de 1356 - 1357, la disparition d'Etienne Marcel, l'écrasement de la Jacquerie, lui permirent de maintenir à une heure tragique la monarchie héréditaire des Valois, et il put négocier avec Edouard III le traité de Brétigny (1360), qu'il allait s'appliquer à effacer durant son règne (1364-1380).

Energique, acharné au travail, raisonnable et méthodique, il gouverne avec fermeté, après avoir pris l'avis de ses conseillers politiques : Philippe de Mézières, Raoul de Presles, Nicolas Oresme. Sois son règne, Du Guesclin bat les Navarrais à Cocherel.

Après avoir épuré la France des Grandes Compagnies qu'il charge Du Guesclin de conduire en Espagne, pour soutenir Henri de Transtamare contre Pierre le Cruel, il s'applique à rejeter les Anglais hors du royaume, après une guerre d'usure méthodique, menée pendant six ans. A la fin du règne, seules les villes de Calais, Cherbourg, Brest, Bordeaux et Bayonne sont aux mains des Anglais. Pour parvenir à ce but, il crée un corps de troupes nationales et régulières et une forte marine. Il n'échoua que dans sa tentative prématurée pour réunir la Bretagne (guerre des Deux Jeannes). Grâce à la permanence des aides et à l'établissement des fouages, la royauté put avoir de bonne monnaie; un trésor de guerre fut constitué et de magnifiques monuments édifiés ou rebâtis (Louvre, hôtel Saint-Pol, chapelle de Vincennes, château de Beauté, etc.). Une imposante collection de manuscrits fut réunie au Louvre ; les écrivains politiques, tels que Raoul de Presles ; les économistes, comme Nicolas Oresme et Jean de Brie, jouissaient de la faveur royale : une Renaissance commençait. Ce grand roi, d'apparence chétive, put, grâce à l'équilibre merveilleux de son esprit, laisser à son fils un Etat à peu près prospère et pacifié. Il mourut au moment où commençait le schisme d'Occident ; il avait pris parti pour Clément VII contre Urbain VI, mais à ses derniers moments il déclara qu'il s'en remettait au jugement du futur concile. C'est lui qui fixa à treize ans révolus la majorité des rois.

❖ Filiation

Bonne de Luxembourg Jean II
CHARLES V
Epouse Enfants
Jeanne de Bourbon Jean
Charles VI