Histoire de France

CHARLEMAGNE

Charlemagne (en lat. Carolus Magnus), roi des Francs et empereur d'Occident, né en Neustrie en 742, mort à Aix-la-Chapelle en 814 ; il était le fils aîné de Pépin le Bref et de Berthe ou Bertrade, fille de Caribert, comte de Laon.

xxx

Pépin le Bref mourut en 768, partageant son héritage entre ses deux fils, Charles, l'aîné, et Carloman. Charles eut l'Austrasie, la Neustrie et l'Aquitaine occidentale; Carloman eut la Bourgogne, la Provence, l'Aquitaine orientale, la Gothie, l'Alamanie, la Thuringe et la Hesse. Les deux frères vivaient en mauvaise intelligence, mais Carloman mourut en 771, et Charles demeura seul roi.
Les faits saillants du règne sont d'ordre militaire et religieux.
Ce sont tout d'abord les expéditions en Italie contre Didier, de qui Charlemagne avait répudié la fille, Désirée de Lombardie. Charles avait été appelé par le pape Adrien Ie.'. Par une brillante campagne (773-774), il provoque l'effondrement de la dynastie lombarde et prend le titre de roi des Lombards ; en 777 il s'attaque à la Saxe, et Witikind, malgré son succès de Sunthal, se rend et se fait baptiser (785). Charlemagne soumet la Bavière (781-788), puis le pays des Avars (799). En l'an 800, le pape Léon III le couronne empereur d'Occident.

 


Charlemagne couronné roi des Lombards
à Milan par le pape Adrien Ier
de Claude Jacquand 1837 © Versailles

En Espagne, profitant de la rivalité entre les princes arabes, Charlemagne pénètre dans la Péninsule et s'empare de Pampelune. C'est au retour de cette expédition que Roland fut massacré à Roncevaux (778) avec l'arrière-garde de l'armée, épisode illustré par les chansons de geste. A la suite de la prise de Barcelone par saint Guilhem, Charlemagne, de même qu'en Navarre, constitue une marche frontière.
Les guerres contre les Saxons furent très longues. La première expédition se place en 772 ; les Ostphaliens et les Westphaliens font leur soumission en 775. En 777 commencent les premiers baptêmes des Saxons. En 778 surgit Witikind. Charles pousse jusqu'à l'Elbe en 780; en 781, il organise la Saxe. Les soulèvements reprennent en 782 ; Charles emploie des moyens de répression de la plus extrême rigueur : quatre mille cinq cents Saxons sont égorgés à Verden. L'insurrection devient alors générale. Charles et ses lieutenants triomphent encore ; en 785, Witikind fait sa soumission et reçoit le baptême à Attigny. Les soulèvements n'en continuent pas moins ; Charles passe au delà de l'Elbe. Après les Saxons ce sont les Bavarois. Ils sont commandés par Tassillon, cousin de Charles.

En 787, Augsbourg est pris ; Tassillon s'humilie devant son vainqueur. Mais il se soulève de nouveau, est vaincu une seconde fois, et devient moine au monastère de Jumièges. Les Avares enfin, établis dans les plaines de la Hongrie, menacent les frontières. Les Francs attaquent en 791. En 798 leur chef, Tudun, se soumit et reçut le baptême à Aix-la-Chapelle. Il se révolta de nouveau, et fut définitivement vaincu en 804.
Dans ces luttes, Charlemagne ne cessa d'être soutenu par le pape Adrien Isr, puis, après la mort de celui-ci (795), par Léon III. Le jour de Noël de l'année 800, Léon III couronna Charles empereur dans la basilique de Saint-Pierre. Toutefois, pour faire reconnaltre le nouvel empire d'Occident par l'empereur d'Orient, régnant à Constantinople, Charlemagne dut déployer toutes les ressources d'une diplomatie habile et énergique. A ces négociations se rattachent les rapports de Charlemagne avec l'impératrice de Constantinople Irène.
Celle-ci, tutrice de son fils Constantin VI, avait songé à lui faire épouser une des filles de l'empereur franc, Rothrude. Le mariage n'aboutit pas. D'après le chroniqueur byzantin Théophane, il aurait même été question d'un mariage entre Charles et Irène. Mais Irène fut renversée dès octobre 802.

Pour intimider Constantinople, Charlemagne s'allia au calife de Bagdad, Haroun - al -Raschid. La première ambassade de Charlemagne date de 797. Ces relations furent l'origine première du protectorat franc en Terre sainte. Charlemagne y fonda des monastères et un hôpital pour les pèlerins. L'ambassade de Haroun qui amena un éléphant, une horloge à roue, les clefs du saint Sépulcre, date de 801.
Charlemagne fut un grand administrateur. Il ne créa pas de nouvelles institutions, mais il régularisa et compléta les institutions antérieures et en assura la bonne marche. L'organisme central était le Palais avec les conseillers et les grands officiers ; l'organisation provinciale était celle des comtés. Par ses capitulaires, le souverain légiférait et administrait ; les missi dominici, inspecteurs généraux de tous les services publics, assuraient l'exécution stricte des capitulaires.

Charlemagne épousa successivement cinq femmes, et il eut un grand nombre de maitresses, qui lui donnèrent une multitude d'enfants, dont vingt sont connus.
Voici la liste de ses épouses ou concubines

Le règne de Charlemagne fut marqué par une brillante renaissance des lettres et des arts, due à l'impulsion énergique de l'empereur, qui appela à lui des Italiens comme Paul Diacre, des Anglais comme Alcuin. Celui-ci dirigea l'école installée dans le palais. On trouve dans les capitulaires de Charlemagne cette disposition étonnante pour l'époque: « Tout père de famille doit envoyer son fils à l'école et l'y laisser jusqu'à ce qu'il soit bien instruit ». Il se forma une académie palatine dont les membres portaient des noms tirés de l'antiquité grecque et latine. L'un des membres de cette académie, Eginhard, a laissé une Vie de Charlemagne en latin. Les murs des palais furent couverts de fresques et de mosaïques ; les parties anciennes de l'église d'Aix-la-Chapelle, le plan de l'abbaye de Saint-Gall, montrent l'importance que prit l'architecture.
La gloire militaire et le prestige moral de Charlemagne ont laissé une profonde impression. Le moyen fige tout entier en a gardé le souvenir, et la légende se mêlant à l'histoire, le grand empereur est devenu un héros de la poésie épique. La Chanson de Roland, qui le met en scène, n'est qu'un exemple, à vrai dire le plus fameux, de ces traditions populaires, qui célèbrent Charles et ses preux.

Iconographie.

Il existe fort peu de représentations de Charlemagne qui soient contemporaines de ce prince. Une statuette en bronze, du vin° siècle, qui est demeurée longtemps dans la cathédrale de Milan, le représente avec de longues moustaches, les cheveux courts, les jambes bardées de fer, une large épée à la main. Une mosaïque datée de 797 et trouvée dans le triclinium du pape Léon III, à Saint-Jean-de-Latran, lui donne le même aspect. Quelques sceaux, dont il a été publié des fac-similés, le représentent dans un costume assez semblable à celui des empereurs romains, et lui donnent un nez busqué, la barbe et les cheveux courts. Le cabinet des Bolli entiché, au Vatican, possède un portrait peint à fresque, d'époque discutée. Un autre portrait, souvent reproduit, est celui qui figure au palais d'Aix-la-Chapelle, et qui fait voir Charlemagne vieux et ayant sur sa tête blanchie la couronne impériale. Les représentations qui ont été faites de ce monarque par les artistes modernes sont des figures de pure fantaisie.
Parmi les tableaux représentant des épisodes de la vie de ce prince, rappelons : le couronnement de Charlemagne par Léon III, peint par Raphaël dans la Chambre de l'Incendie du bourg, au Vatican : Charlemagne dictant ses capitulaires, un des premiers ouvrages d'Ary Scheffer (Versailles) ; Charlemagne recevant Alcuin qui  lui présente des manuscrits exécutés par les moines, plafonds du Louvre, par Schnetz ; Charlemagne franchissant les
Alpes, par Delaroche (Versailles) ; le Couronnement de Charlemagne, par Henry Lévy, au Panthéon. Citons encore une grande statue équestre, par les frères Rochet, sur le parvis Notre-Dame, à Paris, et le Monument des Carlovingiens, de Louis Jehotte, oeuvre colossale qui décore l'une des places publiques de Liége, etc.

❖ Filiation

xxx xxx
XXX
Epouse* / concubine Enfants
xxx